Contes érotiques

Un con­te d’une dizaine de pages, c’est un peu comme une rela­tion amoureuse, une étreinte qui, le temps d’une émo­tion, effleure l’imaginaire. Le con­te éro­tique va à l’essentiel, caresse le fan­tasme dans le sens des poils, nous entraîne dans la féerie des chimères et dans la frénésie de la chair…
Par la magie des mots, par des tour­nures de verbes, par des cam­brures d’adjectifs, par des échan­crures de para­graphes, par des guipures de guillemets, par des parures de vir­gules, par des pos­tures de majus­cules, par des mouil­lures de minus­cules, par des mor­sures d’accents, surtout aigus, bref par la magie de la langue, l’éros prend formes…

Voici les 2 résultats